lundi, juin 27, 2022

Comment réagir quand on découvre que son ado prend du cannabis ?

Dès l’adolescence, les jeunes ont tendance à vouloir expérimenter de nouvelles choses. Pourtant, il se trouve que parfois, celles-ci ne soient pas toujours bien pour eux. C’est le cas par exemple du fait de fumer des joints que ces derniers banalisent énormément.

Dès lors que vous décelez chez votre enfant des signes de consommation du cannabis, il vous incombe, en tant que parents, de réagir. Si vous ne savez pas comment, je vous livre ici quelques pistes.

Votre enfant prend-t-il du cannabis ? Ce qu’il faut savoir

Plusieurs professionnels de la santé se sont penchés sur cette problématique afin de vous aider à réagir sans frustrer votre protégé. D’abord, pour le Dr Amine Benyamina, ce qui a changé chez les jeunes au cours des dernières années, c’est la précocité.

Étant psychiatre dans le service addictologie à Villejuif, il comprend et observe tous les jours différents adolescents dans cette situation. Il fait la remarque qu’autrefois, l’expérimentation du cannabis se faisait au lycée.

De nos jours par contre, cette découverte a lieu déjà au collège, ce qui peut être dangereux. En effet, d’après une étude réalisée par un médecin Australien Pr Wayne Hall, l’usage fréquent de marijuana peut compromettre le développement et la santé mentale des jeunes. Le pronostic médical s’avère d’autant plus négatif quand il faut considérer que la maturation du cerveau ne s’achève qu’à 23-24 ans.

Que faire ? Toutes les solutions passent par le dialogue

La première chose à faire est de vous poser la question suivante : est-ce vraiment du cannabis ? Il convient avant tout de s’en assurer. Si c’est le cas, il est important pour vous, parents, de savoir que même s’il n’y a pas de solution miracle, le dialogue est la meilleure option. Ça, je peux vous le dire. En effet, le plus important est de rétablir avec votre enfant une relation structurée et surtout de confiance.

Après cela, vous pouvez ce dernier prévenir des dangers qu’il court. Aussi, n’oubliez pas de lui dicter la loi en vigueur en ce qui concerne la consommation de ce genre de substance. Cette position est bien différente de celle d’un psychologue ou d’un psychiatre. N’étant vous-même pas un professionnel de ces domaines, sachez donc l’utiliser à bon escient. L’important est d’arriver à faire prendre conscience de la situation à votre enfant.

Pour cela, il convient de souligner que même dans le dialogue, il y a des erreurs qu’il ne faut pas faire. Tâchez d’éviter les phrases contre-productives telles que :

  • je te supprime ton portable
  • tu ne verras plus tes amis
  • je te mets en internat
  • etc.

Plutôt que d’aboutir au résultat que vous espérez, cela a le don de révolter les jeunes. Ce qui aura certainement pour conséquence d’amener votre adolescent à se renfermer. Faites en sorte qu’il puisse vous parler, de ses motivations notamment. Ce j’essaie de vous faire comprendre est simple : ne le faites pas culpabiliser de sorte à le pousser à se murer dans le silence.

C’est un adolescent et à ce titre, il veut certainement être comme ses copains, afin de s’intégrer. Vous devez comprendre cela et savoir aborder la question en le responsabilisant, sans toutefois créer des tensions dans le foyer. Si en discutant et malgré vos efforts, il n’arrive pas à s’ouvrir ou à entendre raison, présentez-lui simplement les conséquences qui pourraient découler de ses actes.

Fumer du cannabis peut avoir des conséquences pénales et médicales : il faut en informer son ado

Si votre adolescent fume de la marijuana, il doit être informé des conséquences pénales de son geste. Toutefois, comme évoqué brièvement plus haut, ne faites pas l’erreur de céder à la punition ou à la colère.

Par exemple, parlez-lui de la législation française qui est l’une des plus répressives à l’encontre des fumeurs de joints ou consommateurs de substances illicites. En effet, en France, la loi interdit et sanctionne l’usage illégal de toute substance classée comme stupéfiante. L’infraction est passible d’un an de prison et de 3 750 euros d’amende.

Par ailleurs, en France, les mineurs avertis de plus de 13 ans sont pénalement responsables des crimes pour lesquels ils ont été condamnés. En fonction du degré de consommation et des dommages entrainés, il est prévu des recours légaux. D’un autre côté, je vous suggère de lui parler des conséquences médicales du cannabis. Pour cette étape, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel. Ce peut être un médecin (psychologue notamment) ou un coach sportif.

Quoi qu’il en soit, il est important à cette phase que les mots ne viennent pas de vous. En effet, lorsque l’enfant se retrouve en situation de rébellion, c’est-à-dire fermé au dialogue avec ses parents, les arguments de ces derniers sont souvent ceux qui ont le moins d’impact.

Latest Posts